Petite Sirène (La)

Résumé

Ariel est une jeune sirène, qui, malgré l'interdiction formelle de son père, le roi Triton, va s'approcher d'un grand navire pour découvrir les humains. Elle tombe immédiatement amoureuse de l'un d'entre eux, Eric. Lors d'une terrible tempête, celui-ci tombe à l'eau et perd connaissance. Ariel le sauve et retourne près des siens. Mais elle ne résiste pas à l'idée de le retrouver....

par HmCunha le 11 janvier 2004

Commentaire

Très belle adaptation du célèbre conte de la petite sirène, attendrissante et divertissante.

par HmCunha le 11 janvier 2004

Guide des épisodes

36e long-métrage d'animation et 28e "Classique" des studios Disney
Provenance : Filmographie Disney

Paroles des génériques

Filles Du Roi Triton

Nous sommes les six filles du Roi Triton.
Notre père nous a donné de jolis noms :

Aquata
Andrina
Arista
Atina
Adella
Allana

Et voici la septième dans ses débuts musicaux,
Notre petite soeur va faire le lever du rideau

Voyez un récital de sa jolie voix de cristal,
Et elle s'appelle Ari ... Ah !

Les poissons

Oh, Nouvelle cuisine, les Champs Elysées,
Maurice Chevalier ! 

Les poissons, les poissons,
Moi j'adore les poissons,
Les couper, les tronçonner à vif.
J'aime leur trancher la tête,
Et dépiauter la bête,
Ah mais oui, c'est toujours un délice 

Les poissons, les poissons,
Hi, Hi, Hi, Ah, Ah, Ah,
Je leur crève les yeux,
Et je les ouvre en deux.
Je leur arrache les entrailles,
Et je les jette dans la poêle,
Ils frétillent, ils se tortillent,
Scregneugneu ! 

Pour qu'un plat vous chatouille le palais,
Je vais vous donner la technique :
Vous l'aplatissez à grands coups de maillet,
Vous tranchez dans la chair,
Pour faire une boutonnière.
De sel vous le barbouillez pour le faire dégorger. 

Et zut alors, j'en ai oublié un ! 

Sacrebleu, qu'est que c'est ?
Et Comment j'ai manqué un si beau, un succulent petit crabe !
Quel dommage, catastrophe !
Et hop-là dans la sauce.
Je te farine, flip-flap, çà décape.
Je te farcie de mie de pain,
Sois tranquille, on sent rien. 

Et je te jure, t'as de la chance, bambino !
Tu vas dormir au chaud,
Et faire des ronds dans l'eau,
Fais dodo petit poisson, et Ciao !

Pauvre âmes en perdition

Je n'ai pas toujours été gentille et sincère,
J'ai vraiment mérité le nom de sorcière.
Mais vous verrez qu'aujourd'hui, je suis bonne avec autrui,
Repentie j'ai voulu faire marche arrière. 
Oui ? Oui ! 
Il est vrai que je connais un peu de magie,
C'est un talent que j'ai toujours possédé.
Qu'aujourd'hui par bonté d'âme, j'ai mis, je le proclame,
Au service de tous les cas désespérés. 
Pathétique ! 

Pauvres âmes en perdition,
En mal de tout.
Cette âme-là rêve d'être un squelette,
Celle-ci cherche une amourette,
Et moi qu'est-ce que je dis ?
Je dis oui ! 
Toutes ces âmes en perdition,
En mal de tout.
Elles débarquent dans mes chaudrons,
En braillant : "Ursula sauve-nous",
Et moi j'accepte, quelle question ! 
Il est tout de même arrivé,
Que l'une ne puisse pas payer,
Et que j'avoue l'avoir fait frire, sans compassion. 
C'est vrai que j'ai eu des plaintes,
Mais tous comptes faits, je suis une Sainte !
Pour toutes les âmes en perdition ! 
Ah, je peux dire que les Humains n'aiment pas les pipelettes,
Qu'ils pensent que les bavardes sont assommantes !
Que lorsqu'une femme sait tenir sa langue,
Elle est toujours bien plus plus charmante,
Et qu'après tout à quoi çà sert d'être savante ? 
En plus, ils ont une Sainte horreur de la conversation,
Un gentleman fait tout pour l'éviter.
Mais ils seront les rampe-aux-pieds de la femme réservée,
C'est la Reine du silence qui se fait aimer ! 
N'aies pas peur,
Pauvres âmes en perdition,
Décide-toi, fais ton choix !
Je suis une femme très occupée,
Et je n'y passerai pas la journée.
Çà ne te coûtera... que ta voix ! 
Ma pauvre âme en perdition,
En mal d'amour.
Si tu veux vraiment passer le pont,
Faut payer l'addition.
Avale bien, respire à fond,
Signe le contrat et mets ton nom.
Flotsam, Jetsam, je la tiens mes enfants,
Je complète ma collection, 
D'une pauvre âme en perdition !

Sous L'Océan

- Ariel, écoute-moi !
- Chez les humains, c'est la pagaille !
- La vie sous la mer,
- C'est bien mieux que la vie qu'ils ont là-haut sur la terre !

Le roseau est toujours plus vert,
Dans le marais d'à côté !
Toi t'aimerais bien vivre sur terre,
Bonjour la calamité !

Regarde bien le monde qui t'entoure,
Dans l'océan parfumé.
On fait carnaval tous les jours,
Mieux, tu ne pourras pas trouver !

Sous l'océan, sous l'océan,
Doudou c'est bien mieux,
Tout le monde est heureux,
Sous l'océan.

Là-haut, ils bossent toute la journée,
Esclavagés et prisonniers,
Pendant qu'on plonge
Comme des éponges,
Sous l'océan.

Chez nous, les poissons se fendent la pipe,
Les vagues sont un vrai régal.
Là-haut, ils s'écaillent et ils flippent,
A tourner dans leur bocal

Le bocal, faut dire, c'est l'extase,
Chez leurs copains cannibales.
Si Missié Poisson n'est pas sage :

Il finira dans la poêle !

Oh non !
Sous l'océan, sous l'océan,
Y a pas d' court-bouillon,
Pas de soupe de poisson,
Pas de marmiton.

Pour la tambouille, on leur dit non !
Sous l'océan, y a pas d'hameçons
On déambule, on fait des bulles,
Sous l'océan !

Sous l'océan !
Sous l'océan !
Sous l'océan !

La vie est super
Mieux que sur la terre, je te le dis.

Oui, je te le dis ! hi hi !

Tu vois l'esturgeon et la raie
Se sont lancés dans le reggae
On a le rythme,
C'est d' la dynamite,
Sous l'océan !

Riton au flution,
La carpe joue de la harpe,
La rascasse d' la basse,
C'est les rois du rap.

Maquereau au saxo,
Turbo au bango,
Le lieu est le dieu de la Soul.

La raie au turbet,
Le gardon au violon.
Les soles rock'n'rollent,
Le thon garde le ton.

Le bar et le sprat se marrent et s'éclatent
Vas-y souffle mon doudou !

Ouais!
Sous l'océan !
Sous l'océan !
Sous l'océan !

Quand la sardine biguine des biguines,
Çà balance, çà swingue !
Ils ont du sable, çà c'est certain
Nous le jazz-band et tous les copains !

On a les clims clams,
Pour faire une jim-jam,
Sous l'océan !

Les limaces des mers,
Au rythme d'enfer,
Sous l'océan !

Et les bigorneaux,
Pour donner l' tempo,
C'est frénétique,
C'est fantastique,
On est en transe,
Faut que çà balance,
Sous l'océan !

Embrasse la

Percussions, cordes, cuivres, charme... 

Regarde-la, douce et fragile à la fois,
Elle ne dit rien et se tait,
Mais ton coeur brûle en secret.
Tu ne sais pas pourquoi,
Mais c'est plus fort que toi,
T'aimerais bien... l'embrasser ! 

Tu rêvais d'elle,
Tu l'attends depuis toujours.
Si c'est un roman d'amour,
Faut provoquer l'étincelle.
Et les mots crois-moi,
Pour çà, il n'y en a pas,
Décide-toi, embrasse-la ! 

Avec moi maintenant.
Sha-la-la-la-la-la, my, oh my,
Il est intimidé,
Il n'ose pas l'embrasser
Sha-la-la-la-la-la, s'il est sage,
Çà serait vraiment dommage,
Adieu la fiancée ! 

Prends-lui la main,
Dans la douceur du lagon.
Décide-toi mon garçon,
Et n'attends pas demain.
Elle ne dit pas un mot,
Et ne dira pas un mot,
Avant d'être embrassée. 

Sha-la-la-la-la-la, n'aies pas peur,
Ne pense qu'au bonheur,
Vas-y, oui, embrasse-la !
Sha-la-la-la-la-la, n'hésite pas,
Puisque tu sais que toi,
Tu ne penses qu'à çà.
Sha-la-la-la-la-la, c'est si bon,
Écoute la chanson,
Décide-toi, embrasse-la ! 

Sha-la-la-la-la-la, vas-y fait vite,
Écoute la musique,
Embrasse-la, embrasse-la !
Embrasse-la, embrasse-la, embrasse-la...

Dans Les Profondeurs De L'Océan

Cette histoire se passe au fond de l'océan,
Et ho-hisse la grand voile, matelot !
Méfie-toi mon gars d'une sirène qui t'attend
Dans les profondeurs de l'océan.

Hé-ho, Hé-ho !

Hé-ho, Hé-ho, Hé-ho !
Dans les profondeurs de l'océan !

Partir Là-bas

Tous ces secrets
Que j'ai gardés ...
Ne crois-tu pas
Que les fées m'ont comblée ?
Ne crois-tu pas que je suis
Bien trop gâtée par la vie ?
Vois ces trésors,
Vois ces merveilles,
Toutes ces richesses
Qui brillent comme des soleils.
En voyant ça tu te dis : "Oui, c'est un paradis !"

J'ai des gadgets
Des trucs chocs,
Des trucs chouettes
J'ai des couics et des couacs à gogo,

- Tu veux un tire-baba ?
- J'en ai des tas ...

Mais tout ça
M'indiffère et m'ennuie ...

Moi je voudrais
Parcourir le monde
Moi je voudrais
Voir le monde danser
Le voir marcher sur ses ...

- Comment ça s'appelle ?
- Ah ah ah ! ... "pieds" ...

On ne va nulle part
En battant des nageoires
Il faut des jambes
Pour sauter et danser
Flâner le long de ces ...

- Comment ça s'appelle ?
- ... "rues" ...

Si l'homme marche,
Si l'homme court,
S'il peut sur terre,
Rêver au grand jour !
Comme j'aimerais,
Si je pouvais,
Partir là-bas !

Je donnerais
Tout ce que j'ai,
Pour partir d'ici.
Pour caresser
Les grains dorés
Du sable chaud.
Les hommes comprennent,
J'en suis certaine,
Et leurs filles
Peuvent aimer
Sans frayeur !
Femmes sirènes,
Femmes humaines,
J'ai fait mon choix ...

Moi je veux savoir,
Moi je veux pouvoir,
Poser des questions
Et qu'on me réponde.
Qu'est-ce que le feu ?
Pourquoi est-ce qu'il ...
Quoi déjà ? ... Brûle ?

Un jour viendra,
Je partirai,
Je partirai sans aucun regret !
Vivre sur terre,
Loin de la mer,
Partir là-bas !

Loin de la mer, et pour toujours,
Vivre sur terre, rêver au grand jour
Ne m'oublie pas, l'amour est là,
Pour toi et moi.

Je ne sais pas
Pourquoi je t'aime,
Mais je suis prête
A t'aimer quand même !
Prince de la chance,
La vie commence,
Pour toi et moi !

Liens en rapport